Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Jean-Loup
  • Le blog de Jean-Loup
  • : Engagé, depuis plusieurs décennies dans une démarche visant à lutter contre tous les processus d'exclusion, de discrimination et de ségrégation socio-urbaine, je suis persuadé que si nous voulons « construire » une société reposant sur un véritable Vivre Ensemble. Il nous faut savoir, donner du sens au sens, prendre le temps de la concertation et faire des propositions en adéquation avec les besoins de nos concitoyens.
  • Contact

Recherche

25 mai 2016 3 25 /05 /mai /2016 08:29

Surveillez ce qui se trame en ce moment même à l’ombre de la fontaine Médicis, au cœur du jardin du Luxembourg, qui pourtant se prête tant à la quiétude et au délassement.

À quelques pas de là, le Sénat travaille dur… très dur

Nos sénateurs font preuve d’une ingéniosité sans limite pour trouver de nouvelles sources de revenus afin d’assouvir les besoins de notre État aussi impécunieux que… dispendieux.

Force est de constater qu’ils viennent de trouver une nouvelle idée… Car l’imagination fiscale des Français, vous le savez, est sans borne. En la matière, nous repoussons même les limites au-delà du… concevable. Avec les maths et le luxe, les taxes sont notre domaine d’excellence reconnu par le monde entier. La TVA dont nous sommes le créateur, a été adoptée par tous. L’idée de la taxe à 75% sur les salaires n’a pas eu le même succès…

Mais pas d’inquiétude, les idées jaillissent de l’esprit de nos sénateurs comme l’eau de la magnifique fontaine Médicis. Il faut bien « nourrir la bête »… notre système providence si gourmand et difficile à rassasier.

Alors ils ont travaillé sur Notre cas. Nous les intéressons. Où plutôt Nos transactions les intéressent. Qui dit transaction, dit prélèvement. L’État prend ce qui lui revient de plein droit.

Rien de nouveau me direz-vous. Depuis des décennies, tous nos achats et ventes sont soumis à TVA. Le plus souvent, un cinquième de la transaction part directement dans les caisses de l’État. Quant à nos revenus, ils sont eux aussi taxés. Toutefois…

Nous avions jusqu’ici une aire de liberté

  • Nous pouvions revendre sur leboncoin notre vieille voiture usagée afin de pouvoir en racheter une nouvelle.
  • Grâce à eBay nous pouvions nous débarrasser de cet hideux tableau offert par belle-maman dont le goût laisse franchement à désirer.
  • Grâce à AirBnB nous pouvions faire fi des chambres d’hôtel froides et déshumanisées lors de nos voyages, pour préférer trouver refuge dans le nid douillet bien chaud d’un particulier qui, comme nous, cherche à arrondir ses fin de mois et réduire ses dépenses…
  • Nous pouvions multiplier les allers-retours Paris-Marseille pour aller voir nos amis sans casser notre tirelire grâce à Blablacar…

Eh bien tout cela sera bientôt taxé. Ce n’est pas une question de si, mais de quand.

Notre petite source de revenu complémentaire (solidaire), qui pour certains est presque indispensable, va se voir amputée. Comme le souligne le rapport du Sénat, jusqu’ici « les revenus sont rarement déclarés, rarement contrôlés et donc rarement imposés ». Et comme le fisc n’a pas les moyens de tout contrôler… (Nous parlons de millions d’internautes) et que les enjeux sont faibles, nous étions donc épargné.

C’était sans compter les avancées technologiques dont le mauvais usage, je tiens à le souligner, peut induire un caractère liberticide majeur pour nos sociétés. Mais là n’est pas la question aujourd’hui.

Connecter les plates-formes… une idée de génie !

Nos chers sénateurs, pourtant si peu geek aux entournures, ont eu l’idée diabolique de connecter la plate-forme des services fiscaux aux plates-formes collaboratives (Amazon, eBay, leboncoin, AirBnB…).

Imaginez donc… un système de déclaration automatique des revenus des particuliers ! Le rêve de tout homme politique qui se respecte… car n’oubliez pas que la taxation est une forme de pouvoir. Elle donne aux politiques les moyens de leurs ambitions.

Ainsi, en un clic, le fisc obtiendra un récapitulatif des transactions des internautes et pourra les taxer. Vous retrouverez donc automatiquement les revenus de vos ventes sur votre déclaration fiscale et l’impôt à payer en regard. Seule bonne nouvelle : dans leur immense mansuétude - générosité, nos sénateurs ont prévu d’instaurer une franchise de 5 000 euros par an.

Plates-formes collaboratives et bancaires seront bientôt le bras armé de Bercy

Nos amis - camarades sénateurs ont dû s’inspirer d’Airbnb qui collecte pour le compte de l’État la taxe de séjour due par les particuliers qui utilisent le site. Les plates-formes collaboratives deviennent ainsi le bras armé de l’Etat.

Sur le même principe, le prélèvement de la TVA devient enfantin. Sauf que cette fois ce ne sont pas les plates-formes collaboratives, mais les banques qui seront mises à contribution ! Pour instaurer un prélèvement à la source sur tous les achats en ligne, il suffira que la banque du client prélève la TVA et la reverse automatiquement au Trésor public. Youpi ….La boucle est bouclée

L’État transforme les entreprises en percepteurs. Les plates-formes Internet deviendront à leur tour (de gré ou de force) agents du Trésor public.

L’emprise de l’État sur le citoyen s’accroît

C’est un fait. Notre aire de liberté se rétrécit; le système fiscal nous cerne, à en devenir presque… carcéral. Malheureusement, au-delà d’un certain seuil de tolérance, l’impôt brise dans l’œuf la moindre initiative individuelle. Notre initiative…

Payer de l’impôt est un devoir citoyen ; principe fondamental accepté par tous, j’en conviens. Mais la question qui se pose aujourd’hui avec la proposition du Sénat est : que veut-on laisser à la discrétion de l’individu ?

Jusqu’à présent, quand j’hébergeais des amis quelques jours chez moi en été gracieusement, et qu’ils me rendaient la pareille, personne n’avait rien à y redire. Aujourd’hui, avec la financiarisation à outrance de nos vies jusque dans les moindres services, nous avons la possibilité de nous faire défrayer/payer. Et alors ? Est-ce un drame?

Faut-il à tout prix tout faire rentrer dans le « secteur marchand », afin de le rendre taxable ?

J’ai toujours pensé qu’un tout petit peu d’économie solidaire ne faisait de mal à personne. Au contraire, c’est une soupape de sécurité contre l’implosion sociale. Doit-on définitivement abolir le moindre espace de liberté de l’individu ? Nous marchons à pas forcés dans ce sens, et la société sans cash n’en est que le symptôme.

Laissez-moi vous poser une dernière question : n’aurions-nous pas aliéné notre liberté à la toute-puissance de l’État, en échange de sa.... speudo.... protection et providence ? Je le crains.


Repost 0
1 mai 2016 7 01 /05 /mai /2016 09:49

1er mai : à quand une vraie fête des travailleurs ?

Le jour où les travailleurs seront libérés des leaders syndicaux, de la Sécu, et des impôts excessifs, ce sera un grand jour de fête. Un article de Jacques Garello de l’aleps


Le 1er mai devait être leur fête. Mais la fête a été triste : fermetures d’entreprises, chômage, perte du pouvoir d’achat, impôts et cotisations en hausse, le moral n’est pas au beau fixe. Divisés et peu suivis, les leaders syndicaux ont fait également triste mine. Seuls les frontistes pouvaient jubiler, car ce qui désole les Français leur est promesse de succès.

D’ailleurs, le 1er mai a-t-il jamais été la fête des travailleurs ? Ses promoteurs et les rares qui sont restés fidèles au message originel l’ont surtout voulu et vécu comme la fête de la révolution prolétarienne : 1793, la Commune, l’Internationale Ouvrière, la Place Rouge et le Komintern. Bonne fille, l’Église (avec Pie XII) a béni le 1er mai en le mettant sous le patronage de Saint Joseph. Mais pour les catholiques, il s’agit de la fête du travail, une activité humaine fort louable, et pas de la fête d’une classe de salariés en lutte.

Pour ma part, je rêve d’un autre 1er mai, qui marquerait la vraie libération des vrais travailleurs, c’est-à-dire de tous les gens qui travaillent en apportant leur intelligence, leur savoir, leur énergie, et parfois leur argent pour créer des produits qui rendront service à la communauté. Peu importe qu’ils soient salariés, ou employeurs, ou artisans, ou libéraux, ou retraités, ils contribuent tous à la satisfaction des besoins des autres.

Or, ces travailleurs méritent d’être libérés.

D’abord et précisément d’être libérés des leaders syndicaux qui sont largement responsables de la situation dramatique où ils ont plongé ceux qu’ils prétendent représenter. Ils ne représentent rien, puisque les salariés qui sont sensés les élire sont moins de 3% à participer aux élections « sociales » dans le secteur privé, et moins de 15% dans le secteur public. Ils ne ne vivent que de privilèges, de subventions et de financements occultes dénoncés par le rapport Perruchot. Ils bénéficient aussi de l’oligopole qu’a institué une loi ridicule réservant la représentativité nationale aux cinq centrales ayant participé à la Résistance !

Non représentatifs, ils sont particulièrement nocifs. Avec l’aide de la classe politique et la complicité plus ou moins consciente des instances patronales dans le cadre du « paritarisme », ils ont inventé un droit du travail et un droit « social » qui sont des machines à tuer les emplois et les entreprises. Salaire minimum, durée légale, conditions d’embauche et de licenciement, indemnisation du chômage, allocations de toutes sortes : autant de « victoires sociales arrachées » qui sont les causes de la disparition des emplois et des entreprises. Ils sont systématiquement opposés à toute réforme significative et défendent avec âpreté les avantages qu’ils ont conquis pour eux-mêmes. Au lieu d’accepter et de développer le dialogue au niveau de l’entreprise, ils ont préféré prêcher et organiser la lutte des classes au niveau de la société.

Oui, le jour où les travailleurs français seront libérés des leaders syndicaux sera un grand jour de fête.

Autre jour de fête : le jour où ils seront libérés de la Sécurité sociale. Ce monstre dont le budget dépasse celui de l’État les tient dans un état éhonté de dépendance et d’exploitation. Les travailleurs devraient être propriétaires de la pleine rémunération de leur travail, les clients et les consommateurs ont payé le prix qu’il faut. En moyenne, sur cet argent bien gagné, la moitié va subir des prélèvements obligatoires. Par rapport au « salaire complet » (ce qu’aurait dû toucher le salarié en rémunération de son travail), la seule part qui va à l’URSSAF et aux assurances complémentaires représente un tiers du salaire net. Ainsi un smicard (1.121 euros net par mois) a-t-il vu son salaire amputé de 495 euros pour l’URSSAF et de 325 euros pour les autres institutions de prévoyance. Il aurait dû percevoir 2.040 euros, libre à lui de s’assurer soit en restant à la Sécu (coût 495 euros) soit en cherchant un assureur moins cher à prestations équivalentes. Un gain est toujours possible quand la concurrence est à l’œuvre, mais le salarié français est prisonnier d’un système qui non seulement lui est coûteux mais a toutes les chances d’exploser dans cinq ou dix ans.

Oui, le jour où les travailleurs seront libérés des leaders syndicaux et de la sécu, ce sera un grand jour de fête.

Autre jour de fête : le jour où ils seront libérés des impôts excessifs. Ils représentent en moyenne 25% de leurs gains, sous forme d’impôts sur le revenu, de CSG, de CRDS, de TVA, de TIPP (carburant), de taxe d’habitation ou de taxe foncière, sans compter les impôts « verts » qui prolifèrent.

Que reçoivent les salariés contribuables en contrepartie ? Des services publics sans nombre, qui amènent à payer une armée de fonctionnaires pour des prestations obligatoires dont certaines ne sont même pas désirées et qui seraient sans doute aussi bien fournies par le secteur privé à meilleur compte. Mais surtout des dépenses de « transferts sociaux », qui permettent à des gens de percevoir des rentes aux dépens des travailleurs. Ainsi le veut l’État Providence, l’état de l’assistance généralisée. Il prend dans la poche de Paul pour donner à Pierre en faisant croire que cet argent vient de sa bienveillance ; il en attend des remerciements électoraux chaleureux.

Oui, le jour où les travailleurs seront libérés des leaders syndicaux, de la sécu, et des impôts excessifs, ce sera un grand jour de fête.

Alors, à quand ? Au 1er mai 2017, ou 2026 ? Le plus tôt serait le mieux.

Repost 0
30 avril 2016 6 30 /04 /avril /2016 12:55

Le recul de l'espoir communiste porté dans le « Tiers monde » de jadis par la force de l'Union soviétique, a laissé la place à des espérances religieuses, dans un monde bien plus difficile à comprendre pour les populations les moins formées de la planète, que l'affrontement Est-Ouest d'autrefois.

Deux riches états alliés, ont préparé de longue date ces idéologies d'affrontement d'abord, puis de substitution ensuite, au communisme, les USA et l'Arabie saoudite.
Voici un article synthétique et éclairant sur les éléments qui ont participé au succès de ce grand renversement :

L'islam sunnite et le protestantisme évangélique sont les deux courants religieux qui progressent le plus rapidement et qui gagnent le plus grand nombre de nouveaux convertis aujourd'hui dans le monde. Ainsi par exemple, en Amérique du Sud, continent d'origine du pape François, le catholicisme perd de très importantes "parts de marché" face à l'évangélisme. Et il est inutile de rappeler que les différents courants chrétiens qui ont connu une présence bimillénaire au Proche et au Moyen-Orient sont en passe d'être quasiment tous éliminés de la région par les extrémistes sunnites - à l'exception notable des 8 millions de Coptes sous protection de l'Etat égyptien laïc.

Pourquoi ce succès mondial de l'évangélisme et du sunnisme? Par delà l'alliance historique, économique et géopolitique nouée entre les USA et le royaume Saoudien ayant permis d'assurer leur succès conjoint au cours du XXe siècle, il convient de souligner que ces deux courants religieux sont les plus "en phase" avec le processus actuel de la mondialisation néolibérale depuis les années 1980, processus dont les deux grands principes fondamentaux sont: l'individualisme et le rejet de toute autorité institutionnelle surplombante - en particulier celle de l'Etat. L'évangélisme et l'islam sunnite offrent ainsi l'avantage d'être deux idéologies universalistes de masse, lesquelles peuvent s'étendre sans limite, sans distinction et sans exclusive à tous les humains sur toute la surface de la planète. Les conditions d'entrée dans la communauté universelle des croyants ou des "frères" y sont minimales (sinon minimalistes!), et les exigences spirituelles et rituelles y sont facilement accessibles à chacun - y compris depuis son ordinateur! Ce sont en quelque sorte deux universalismes "low cost"...

En regard de ces deux idéologies, les autres idéologies universalistes disponibles sur le marché peuvent sembler dépassées et ringardes, voire "archaïques" à un grand nombre de gens, mais aussi élitistes, voire "discriminatoires" ou même "racistes" (sans doute leur plus grave défaut au regard des normes sociales actuelles!), particulièrement aux yeux des jeunes générations plongées dès leur naissance dans le grand bain mondialisé: que ce soit le républicanisme, le socialisme ou bien encore le catholicisme - et même le sionisme (je ne parlerai pas ici du "césaro-papisme" de la Russie orthodoxe de Poutine qui sert principalement de repoussoir aux Occidentaux). Car ces idéologies qui ont pris leur essor au XIXe siècle (à l'exception notable certes du catholicisme, lequel a néanmoins connu au XIXe siècle un durcissement de sa doctrine face aux idéologies modernes qui lui faisaient concurrence), sont toutes liées à l'existence d'institutions particulières dont l'autorité surplombante est censée s'exercer sur une communauté dont les limites sont fixées a priori (tout le monde n'y est pas admis d'office!): l'Etat exerce son autorité sur la communauté des citoyens en République, le parti-Etat exerce son autorité sur le "peuple" ou le prolétariat en régime socialiste, l'Eglise catholique et apostolique romaine exerce son autorité sur la communauté des fidèles, et enfin l'Etat sioniste est conçu dès l'origine comme l'Etat des Juifs par Th. Herzl. Autrement dit, ces idéologies ne disent pas à chacun, à l'instar de Ronald Mac Donald: "venez comme vous êtes", mais plutôt: "faites un effort ou un travail sur vous mêmes, afin de vous conformer à un certain idéal ou un certain modèle de vie". De là à considérer que ces idéologies "exigeantes" seraient l'apanage des "Blancs", il n'y a qu'un pas ... que certains ont déjà sauté depuis belle lurette!

En somme, la mondialisation nous confronte, en ce début de XXIe siècle, à des questions théologico-politiques que la plupart de nos gouvernants se gardent bien de poser publiquement car ils seraient bien incapables non seulement d'y répondre, mais même seulement d'en saisir le sens et la portée - engoncés qu'ils sont dans un économicisme étroit et à courte vue ("seule la croissance nous sauvera") qui les empêche de pouvoir seulement comprendre ce qui nous arrive collectivement. A moins qu'ils n'aient déjà pris leur parti des évolutions en cours...?

Repost 0
29 avril 2016 5 29 /04 /avril /2016 07:05

Quand…on ne mesure pas « l’efficacité » de la dépense publique !!!

Quand l’État lève un impôt, il supprime la dépense qu’aurait faite le contribuable au lieu de payer cet impôt. Mais personne ne mesure la performance de l’État par rapport à celle du contribuable.

Il existe deux volets dans la dépense publique. Le régalien (armée, police, justice, diplomatie, fisc, législateur, …) constitue l’armature de la nation et assure l’ordre public, plus ou moins bien, depuis des millénaires. Sans ces institutions et les dépenses qui assurent leur fonctionnement, pas d’État ni de Nation. On constate que ces dépenses… baissent depuis des décennies.

Le second volet, largement développé au XXe siècle, rassemble toutes les dépenses de l’État ou para-étatiques qui « aident » au développement économique. Aides aux entreprises, aux individus, en particulier les « pauvres » ou réputés tels, ou encore financement des « services publics » ou considérés comme tels (énergie, éducation, santé, routes, …). Ces dépenses augmentent depuis des décennies.

L’effet d’éviction : chaque euro dépensé par l’État ne l’est pas par le contribuable

Or, quand l’État lève un impôt ou s’endette et dépense ou investit cet argent, il supprime la dépense ou l’investissement qu’aurait fait le contribuable au lieu de payer l’impôt ou de rembourser la dette. On notera que le problème est exactement le même si l’État réussit à recouvrer de l’impôt non acquitté à la suite d’une « fraude fiscale ».

Si ce point n’est pas pertinent pour le domaine régalien, la question pendante, parce que jamais posée ni mesurée, est celle de l’efficacité de la dépense publique du second volet. Cette « efficacité » économique se juge objectivement, à condition de la définir. Le but de l’activité économique est clairement de fournir à la population de la nation, au moindre coût, tout ce qu’il faut pour manger, se soigner, se loger, s’habiller, s’instruire, se distraire. L’« efficacité » se mesure alors par le volume des ventes de biens et de services à ladite population. Encore faut-il que ces biens et services soient achetés librement par des clients. Un sous-ensemble du PIB est une mesure, très approximative et biaisée, de ce résultat.

Personne ne mesure la performance de la dépense de l’État par rapport à celle du contribuable

La question clé est donc la suivante : hors dépenses régaliennes, quelle est la production finale de biens et de services achetés résultant de l’injection de 1 000 € de dépenses de l’État par rapport à 1 000 € de dépenses ou d’épargne des contribuables citoyens ou entreprises ? Accessoirement, quand le gouvernement s’endette, en quoi cette dette supplémentaire va-t-elle concourir à produire au moins assez de richesses pour la rembourser, avec ses intérêts ?

Il est clair que l’un des « grands principes » de la comptabilité nationale (la « non affectation des recettes aux dépenses ») est loin de contribuer à assainir le débat … D’autre part, aucune loi se voulant « économique » ne porte jamais la moindre évaluation de ses résultats attendus en termes de ventes de biens et de services. Encore moins la mesure de ces résultats dans le temps.

Qu’est-ce qui nous empêche de mesurer cette performance, outil de pilotage de la politique économique ?

Nous disposons pourtant par l’INSEE de très nombreuses statistiques en tous genres, fort précises, dont pour le moment on se garde bien de « sortir » les agrégats mesurant cette efficacité de la dépense publique. C’est pourtant cette efficacité concrète qui légitime, ou pas, l’action des pouvoirs publics, l’impôt et la dette de l’État … plutôt que les arguments actuels qui relèvent davantage de l’idéologie ou de l’incantation.


Repost 0
26 avril 2016 2 26 /04 /avril /2016 11:19

Un détail dans la dernière déclaration d’impôt est venue raviver la polémique concernant l’intérêt exclusif que porte le gouvernement français aux publics dits fragilisés, au détriment des classes moyennes… qui ne le sont plus vraiment à force d’être ponctionnées de tous les côtés.

On le sait, la politique gouvernementale de ces dernières années est définitivement orientée vers l’aide aux plus défavorisés. En effet, presque toutes les recettes fiscales semblent mobilisées pour compenser, directement ou non, les inégalités de revenus des Français. En soi, c’est une excellente chose car il est inconcevable pour un pays économiquement performant comme le nôtre qu’une partie de sa population ne puisse bénéficier des fruits de sa réussite. Pour autant, on est en droit de s’interroger sur la méthode employée, qui semble privilégier la répartition des richesses sur un plus grand nombre de têtes plutôt que d’essayer d’accroître la richesse globale (quitte à ce que soit en priorité au profit des moins fortunés).

Mais non, en France, on préfère payer et combler les trous plutôt que de s’attacher à comprendre ce qui a pu les creuser. Et l’impôt, dans sa fonction théorique d’outil de redistribution, est donc assez révélateur de cette habitude bien française qui consiste à panser les plaies plutôt qu’à mener des actions de fond autrement plus utiles pour trouver des explications, voire des remèdes, à ces inégalités.

Un détail qui veut dire beaucoup

Citons un exemple, un simple détail de rien du tout, mais qui reflète bien le peu de considération qui est accordé à ceux qui travaillent quotidiennement pour créer la richesse du pays. Les premières déclarations de revenus pour 2015 sont arrivées dans les boîtes-aux-lettres et, une fois encore, un point précis suscite l’incompréhension chez certains contribuables. Car pour Bercy, les demandeurs d’emploi sont censés avoir plus de frais professionnels que les personnes en activité.

Vous pourrez vérifier : le montant de la déduction forfaitaire de 10 % pour frais professionnels des salariés ne peut être inférieur au minimum prévu par l’article 83-3° du CGI, soit 426 € pour 2015. Or, les chômeurs inscrits auprès de Pôle emploi depuis plus d’un an bénéficient d’un montant minimum de déduction différent, qui s’élève, pour l’imposition des revenus de l’année de 2015, à 937 €. Ne soit plus du double de frais professionnels minimum pour des personnes qui ne travaillent pas depuis plus d’un an.

Une politique inefficace de nivellement par le bas

Difficile de croire à une incohérence. On y verrait plus facilement un effet supplémentaire de cette politique complaisante de nivellement par le bas, qui tend à entretenir une certaine forme de sous-prolétariat là où, au contraire, il faudrait trouver des solutions pour sortir plusieurs millions de personnes de la précarité. Récemment encore, on apprenait que le gouvernement allait étendre l’attribution du RSA aux personnes de moins de 25 ans, alors qu’il faudrait au contraire réfléchir à un moyen pour que tous ces jeunes de 18 à 25 ans accèdent plus efficacement au marché du travail. Jeunes ou moins jeunes d’ailleurs, les gens n’ont pas besoin d’une aumône de 400 ou 500 euros par mois, mais bien d’une véritable perspective d’avenir.

De la même façon, fixer à 937 euros le seuil de déduction des “frais professionnels” pour les demandeurs d’emploi ne contribue qu’à envoyer un message doublement négatif aux contribuables. Aux chômeurs d’abord, à qui on fait comprendre implicitement qu’ils auront fiscalement peu d’intérêt à trouver un emploi salarié leur rapportant moins de 10 000 euros de revenu imposable par an, ce qui exclut d’emblée quasiment tout emploi à mi-temps (ou même à temps plein au SMIC pour ceux qui ont charge de famille) qui leur aurait pourtant permis de reprendre contact avec l’emploi après plus d’un an d’inactivité. Mais le gouvernement envoient également un signal défavorable aux salariés, à qui il laisse entendre qu’ils ont finalement moins de droits que ceux qui ne travaillent pas, tout en leur demandant par ailleurs de contribuer toujours un peu plus à l’impôt. En effet, les recettes fiscales de l’impôt sur le revenu ne cessent d’augmenter d’année en année (76 milliards d’euros en 2015 contre 50 milliards en 2011) tandis que le nombre de contribuables imposables, lui, ne cesse de baisser pour atteindre aujourd’hui 46% des ménages français, alors qu’ils étaient plus de 52% il y a encore 3 ans.

Alors à quand une politique fiscale efficace ET respectueuse de chacun ? Comme d’habitude, on va nous la promettre à l’occasion des prochaines élections, mais force est de constater que, depuis 40 ans, elle continue de diviser les différentes composantes de la population alors qu’elle devrait au contraire contribuer à renforcer le sentiment d’équité face aux besoins de la nation tout entière.

Repost 0
18 avril 2016 1 18 /04 /avril /2016 10:38

Ça va mieux ? Non, mais surtout ne changeons rien !

Jeudi 14 avril dernier, le Président de la République a tenté de partir à la « reconquête » des Français dans la nouvelle émission de France 2 Dialogues citoyens et il leur a dit : « Ça va mieux. » Quelques heures auparavant, Julien Dray, député de l’Essone et membre du Bureau national du Parti socialiste, préparait le terrain en assurant sur la chaîne parlementaire LCP que grâce à ses mesures clairvoyantes, le gouvernement « est en train de réussir économiquement. » D’après lui, la France bénéficierait même de « résultats macro-économiques remarquables. » Seul petit problème, « visiblement, personne ne s’en rend compte. »

Son collègue Cambadélis, premier secrétaire du PS, a la solution : il y a des résultats, mais il faut procéder à quelques ajustements mineurs d’ordre communicationnel. « Le temps de la pédagogie est arrivé » a-t-il déclaré. Hélas pour le PS, les Français ne semblent plus guère décidés à écouter sagement le Professeur Hollande.

On peut créditer Julien Dray d’une bonne analyse sur au moins un point : à supposer qu’il y ait quelque chose de positif à voir, les Français ne s’en rendent très visiblement pas compte. Il n’est que de considérer le dernier sondage de popularité disponible, réalisé par l’institut Yougov pour le Huffington Post les 30 et 31 mars derniers. La cote globale du gouvernement atteint son plus faible score jamais enregistré dans ce baromètre, soit 12 %. François Hollande tombe à 13 % d’opinions favorables et le Premier ministre Manuel Valls atterrit à 20 %. Ce dernier garde cependant la majorité chez les sympathisants PS-EELV, ce qui n’est plus du tout le cas du chef de l’État. Cruel désaveu pour la méthode Hollande.

De fait, au sein de l’exécutif, la situation de François Hollande est particulièrement douloureuse. C’est assez logique dans la mesure où il est à la tête du pays et où le changement de majorité survenu en 2012 s’est fait sur son nom, sa personnalité, son programme et ses promesses. Interrogés par l’institut de sondages Odoxa quelques jours avant sa prestation sur France 2, les Français sont 71 % à déclarer ne pas être intéressés par cette émission, 76 % pensent que François Hollande devrait renoncer à se représenter en 2017 (pour laisser la place à un meilleur candidat socialiste, ce qui en dit quand même long sur la sympathie viscérale pour le socialisme), 83 % pensent qu’il ne réformera plus et 53 % prédisent même qu’il ne s’engagera dorénavant que dans des mesures électoralistes.

Même Sarkozy n’a jamais fait l’objet d’une telle déconsidération empreinte d’une sorte d’indifférence teintée de mépris agacé. Dans ces conditions de rejet qu’aucun autre Président de la Vème République n’a jamais expérimentées, on comprend que le terme « reconquête » vienne spontanément à l’esprit des observateurs de notre vie politique. Certains n’ont pas manqué de remarquer que le format de l’émission de France 2, comme les quatre membres de la société civile conviés spécialement pour faire remonter leurs préoccupations, avaient été taillés sur mesure afin de lui permettre de retrouver à coup sûr le coeur des Français. Au lieu de quoi nous avons eu droit à l’ennui de plus en plus tenace que le radotage compulsif du Président ne manque pas de générer à chaque nouvelle prise de parole.

À le croire, la France expérimente avec bonheur un contexte économique porteur dans lequel il y a « plus de croissance, moins de déficits, moins d’impôts et plus de compétitivité. » Quant au chômage, dont la fameuse inversion de la courbe reste d’actualité pour son avenir politique, il est sans doute plus élevé qu’en 2012, mais finalement, vu dans l’ensemble européen, on aurait tout lieu de se réjouir :

N’en déplaise à MM. Dray et Cambadélis, si les Français s’obstinent à ne rien discerner de positif dans les accomplissements du gouvernement, c’est peut-être tout simplement parce qu’il n’y a justement rien à voir. Du Monde à Metronews en passant par Le Figaro, la presse s’est largement fait l’écho des petits arrangements avec la réalité auxquels le Président, précédé de ses thuriféraires, s’est livré sans vergogne jeudi soir. Pour reprendre une expression fréquemment utilisée par les anglo-saxons, François Hollande s’est montré « économe avec la vérité », mais c’est bien le seul domaine où l’on pourra le taxer de parcimonie.

Non, M. Hollande, le chômage que nous connaissons n’a rien à voir avec ce qu’il devrait être dans un pays européen comme le nôtre. Non seulement il a énormément augmenté depuis 2012 alors que la crise de 2008 commence à s’éloigner, mais les comparaisons dans l’Union européenne sont loin d’être flatteuses. Si, avec plus d’à propos, on s’en tient à nos voisins anglais et allemands, dont l’économie est d’une taille comparable à la nôtre, nous sommes purement et simplement au double d’eux (5 % environ au Royaume-Uni et en Allemagne contre 10 % en France). Rappelons que la France avec son outre-mer comptait 4,6 millions de chômeurs en catégories A, B et C en mai 2012, et que ce chiffre est maintenant de 5,8 millions à fin février 2016. Rappelons également que le taux de chômage des jeunes est de 25,9 % contre une moyenne de 19,7 % dans l’UE et 22 % pour la zone euro seule.

Non, M. Hollande, les comptes publics ne prêtent nullement à la gloriole. Si le déficit public creusé en 2015 est légèrement inférieur à celui de 2014, il ne faut y voir que le jeu des taux d’intérêt maintenus bas par la BCE et les prix du pétrole en baisse, toutes situations qui ne doivent rien à la lucidité de vos politiques publiques. Ces dernières, élaguées de l’effet taux d’intérêt et de l’effet prix du pétrole, se sont au contraire vautrées comme d’habitude dans la croissance des dépenses, des impôts et des cotisations sociales. Vu le niveau de la dette publique, qui augmente toujours, vu la faible croissance de l’activité et la faible confiance en l’avenir des agents économiques, la remontée des taux ainsi que celle des prix du pétrole seraient simplement catastrophiques pour notre économie.

François Hollande n’a jamais parlé plus justement que quand il s’est objecté à lui-même par pure rhétorique :

« Quand le Président dit que ça va mieux quand il y a tant de difficultés, on se demande s’il voit bien, s’il écoute bien, s’il a bien pris conscience des réalités. » Dialogues Citoyens, le 14 avril 2016, France 2.

À ce stade, on comprend même les yeux fermés que si personne ne se rend compte des bons résultats de la politique de François Hollande, c’est uniquement parce que ces résultats n’existent que dans la propagande gouvernementale, laquelle est totalement dépendante de la trouille électorale qui commence à saisir les socialistes aux tripes. Méthode Hollande ou pas, cela ne marche pas.

Prenons Anne Hidalgo, par exemple. Une socialiste en bonne et due forme, quoique un peu frondeuse, au moins par alliance (son mari est le député des Hauts-de-Seine Jean-Marc Germain, membre des Frondeurs). Eh bien Anne Hidalgo est terriblement inquiète et a fait part de ses émotions à VSD, repris par Le Figaro :

« L’échéance 2017 sera difficile pour ma famille politique parce qu’on ne peut pas dire qu’on a démontré une grande efficacité dans les réalisations et on a un peu tourné le dos aux engagements. »

Voilà qui est parler clair et sans chichis, quoique de façon un peu trop portée sur la litote. La grande efficacité qu’on n’a pas démontrée est en fait un goût prononcé pour la faillite, tandis que les engagements auxquels on a un peu tourné le dos ne sont rien d’autres que des promesses de campagne qui n’engagent que ceux qui les croient. Toujours est-il que pour Anne Hidalgo, la grande erreur du gouvernement tient à ce qu’il s’est montré :

« conservateur sur les questions de société et ultra-libéral sur les questions économiques. »

Comme quoi, des goûts et des couleurs politiques ! Parce que si je devais résumer l’action du gouvernement en m’en tenant aux réalisations actées dans les livres et les chiffres, je dirais 1. qu’il a légalisé le mariage homosexuel, ce qui n’est pas particulièrement conservateur sur le plan sociétal, et 2. que la part du public dans le PIB atteint 57 %, ce qui éloigne à jamais la France de tout libéralisme, même ultra-mini.

La vie politique française est entièrement faite de ces semi-lucidités contradictoires, qui n’épargnent ni les hommes politiques ni les citoyens. J’en arrive ainsi à ce que souhaiteraient les Français pour 2017. Bien formatés par la propagande marxiste qui sévit chez nous depuis l’après-guerre, bien convaincus par les cadres collectivistes qui marquent notre politique économique depuis la même époque, et complètement accros à l’État-providence qui scella l’indispensable union nationale consécutive à la victoire sur l’Allemagne nazie, ils restent pour la plupart convaincus qu’un socialiste, par construction, est un être hautement moral doublé d’un gentil et triplé d’un généreux.

Les autres, ceux qui se disent de droite, s’alarment en plus de la façon dont les socialistes conçoivent leur « déficit » de politique sociétale. Mais tous, des notaires à la syndicaliste recalée de l’émission Dialogues citoyens, partagent le goût national pour la « protection » de l’État, depuis la réussite garantie au Bac jusqu’à la couverture sociale des actifs et la retraite, jusqu’à, pourquoi pas, des revenus minimum universels garantis, en passant par les politiques de santé et les recommandations diététiques.

C’est ainsi que nos candidats présidentiels, déclarés ou pas, de gauche ou de droite, Hollande ou Juppé, nous le promettent tous : on va réformer, mais sans remettre en cause notre modèle social et notre service public. Eh bien ça, mes amis, ce n’est pas possible, tout simplement parce que c’est le poids toujours croissant de l’État qui nous empêche de réformer, qui creuse jour après jour le chômage et plombe la croissance.

Cet empêchement prend deux formes. La première est directe : tout l’argent consacré à la survie de l’État-providence et à l’embauche de fonctionnaires, argent qui vient des cotisations sociales et des impôts, est autant de moins pour l’investissement privé seul à même de générer la valeur ajoutée qui entraînerait de la croissance, des revenus supplémentaires et des emplois supplémentaires. La seconde est indirecte mais terriblement pernicieuse car elle est philosophique : chaque jour qui passe renforce l’idée que cet État-providence est un acquis éternel, chaque homme politique qui répète sans la moindre remise en cause qu’il n’est pas question d’y toucher accrédite l’idée que ça vaut le coup de le garder en l’état, que ça vaut le coup de se battre pour en conserver tous les éléments.

Vu comme cela, de Juppé à Hollande et de Hollande à Mélenchon, les manifestations contre la loi Travail ou la Loi Macron, aussi minuscules et aussi faiblement libérales soient ces lois, ne sont jamais que l’expression populaire de cette mortifère idée répétée en boucle sur tout l’échiquier politique de ne pas toucher à notre modèle social, que le monde entier nous envie sans avoir jamais tenté de le mettre en place.

À peine vocalisées, à seule fin d’afficher un réformisme de façade pour quelques bénéfices à court terme vis-à-vis de l’Union européenne, les lois libéralisantes sont proprement évidées et la promesse de ne toucher à rien est promptement remise sur le devant de la scène, au grand soulagement de presque tout le monde. « La France est irréformable » entend-on soupirer de-ci, de-là. Il est d’autant plus facile de soupirer d’un air faussement entendu, qu’on est sûr que rien, absolument rien ne se passera, jusqu’à ce qu’une vraie catastrophe (remontée des taux, par exemple) ne nous laisse plus aucun choix.

Nathalie MP.

Repost 0
17 avril 2016 7 17 /04 /avril /2016 12:50
Ce matin je lisais deux billets d'un ami sur Facebook, ils m'ont interpellé. Il m'a semblé intéressant de les soumettre a votre sagacité 

Premier Billet 

Ce soir, je suis allé à la Nuit debout, Place de la République.
Je ne pensais pas y découvrir grande chose de neuf.
Mauvaise évaluation, j'ai pris une grosse leçon d'anthropologie et de sociologie.
J'arrive, un débat est en cours. Des centaines de gens sont assis, preuve que la nuit debout ne l’est qu’au sens figuré. Une dame s'exprime avec beaucoup de fougue en anglais, avec un traducteur, Elle exprime aux gens qui sont là qu'ils sont le seul vrai pouvoir et que ce qui est vraiment décisif c'est que chacun d’entre eux, ne parle que pour lui-même, il ne défend que ses propres intérêts, le parterre applaudit après une incitation par l'interprète : « Vous pouvez tout de même vous applaudir ».
Puis on passe aux affaires sérieuses.
La Commission médias vient s'exprimer devant l’Assemblée générale. Tout d'abord elle exige qu'on aille plus loin dans la démocratie directe et demande que le mandat qui lui est confié soit absolument impératif de façon à trancher avec la vieille politique.
On vote. Désormais cette commission média qui est chargée de faire des communiqués de presse ne les écrira plus que sur mandat impératif. Le vote est unanime. On sent bien que c'est un peu compliqué d'écrire à plusieurs centaines un communiqué de presse, mais la commission va écrire toute seule avec un mandat impératif.
Puisqu’ qu'il est impératif, elle ne peut pas trahir la pensée des centaines de personnes qui sont là, C'est une évidence.
Après ce vote enthousiaste la représentante de la commission vient exposer le mandat impératif qu'elle voudrait obtenir de l'assemblée : « Les médias font pression sur nous pour avoir une réaction sur les violences » et de proposer d’écrire un communiqué pour dire que « la Nuit debout dénonce la pression des médias pour obtenir une réaction sur les violences, alors que la violence, c’est celle de l'exploitation capitaliste ». « Comme nous l'avons toujours dit »  ajoute-t-elle. J’entends bien qu'aujourd'hui le temps médiatique va très vite mais entendre parler de « toujours » dans un mouvement qui n'a encore que quelques jours, m’a rendu rêveur.
Et là, la dame détaille un point de vue classique des anarchistes sur la violence légitime des opprimés, que j'avais déjà entendu à la cafétéria de l’université de Vincennes dans les années 70.
Elle annonce donc que le communiqué racontera tout ça et sollicite un vote pour lui donner un mandat impératif qui l’obligera à le faire.
Las ! Ce n'est pas l'idée du parterre. L'idée de ne pas répondre à la presse par un communiqué de presse qui dirait qu'on ne lui répond pas, suivi d'un discours très compliqué sur la violence, cela n'accroche pas. On préfère ne pas répondre du tout…
On fait un premier vote, elle n'obtient que 10 % de l’assemblée, son compère déclare alors que ce n'est pas clair, que la salle est partagée. Certes la salle est partagée, 90% contre et 10% pour. Dans la démocratie bourgeoise ça s'appelle un échec cuisant.
Mais nos jeunes amis ne vont pas s'arrêter là, comme Madame a échoué c'est Monsieur qui va s'essayer, et la discussion va recommencer puisque « la salle est partagée ». Avec la même rhétorique les mêmes « jamais » les mêmes « toujours », Monsieur a beau être un peu plus long que Madame, avoir la voix plus forte, il ne convainc pas plus, Pire, il décourage la minorité qui les suivait.
Un vote a lieu de nouveau cette fois-ci il est pratiquement unanime, les minoritaires ayant préféré baisser le nez.
Et bien, que croyez-vous qu'il arriva ?
On annonça à l'assemblée médusée, mais impuissante et grognante, que, comme si elle avait refusé un Traité constitutionnel européen, on allait lui refourguer dans quelques instants le mandat impératif qu'elle ne pourrait pas ne pas voter pour un Traité de Lisbonne, et qu'elle en mangerait qu'elle le veuille ou non.
Grosse leçon : au temps du numérique, il ne faut que quelques heures pour que s’installe la bureaucratie la plus insouciante de ses mandants, dans un mouvement spontanéiste aux exigences ultradémocratiques de mandats impératifs. Il ne lui faut que quelques jours pour qu'elle arrive à refaire, en plus rapide, les plus mauvaises séquences de la « démocratie bourgeoise » des dernières années.
Nuit debout a de l’avenir.
La commission média est prête, en tout cas…

Deuxième Billet 


J'ai appris, en rentrant chez moi, qu'au même moment que moi, se trouvait, place de la République, celui dont pendant deux ans j'ai eu la chance d'être le voisin horaire sur France Culture, et ainsi eu l'occasion de rencontrer et connaître, et apprécier personnellement, après l'avoir, auparavant, apprécié intellectuellement, Alain Finkielkraut.
J'ai aussi découvert, inquiet, non seulement ce qui lui est arrivé, mais la façon dont certains s'en flattent.
En politique, Il faut toujours essayer de se mettre à la place de l'autre, essayer de comprendre ce qui se passe dans sa tête, car on ne peut pas considérer que l'autre lui-même se considère comme un « salaud ».
Ces jeunes intériorisent tellement la violence symbolique du déluge médiatique qu'ils reçoivent – dont tel ou tel d'entre nous peut faire partie, parce qu'il s'exprime un jour sur les antennes, sans en être nécessairement le deus ex machina – qu'ils ont le sentiment d'une « violence légitime » lorsqu'ils peuvent s'en prendre physiquement à lui.
Car ils sont incapables de l'affronter intellectuellement, et lui reprochent amèrement leur impuissance à le faire. Ils n'ont pas la réaction immédiate de l'affrontement politique, qui consisterait à lui ouvrir la tribune et à lui demander de s'adresser à l'auditoire, puis lui répondre et engager un débat politique avec lui, loin des idée et commentaires préformés du média. Ils auraient là toutes leurs chances de l'emporter, puisque ce sont leurs amis qui constituent la salle, et que ce n'est pas Frantz-Olivier Giesbert qui décerne les bons et les mauvais points à la fin de l'émission. Par ressentiment ou autre passion triste, ils ne peuvent qu'appliquer une démarche d'exclusion et de violence physique à un de ceux qui leur semble, confusément, car tout chez eux est confus, participer à la confiscation de la parole.
Mais, on sent bien dans leur mouvement passionnel, que si celui-ci les rapprochait du pouvoir, c'est une solution totalitaire vengeresse, qui leur semblerait indispensable pour rééquilibrer la chose. Puisqu'il n'acquerraient jamais par leur méthode, la capacité intellectuelle de se confronter à qui n'est pas d'accord avec eux.
Car tout se passe comme si la demande réelle de chacun d'entre eux était : « tout, tout de suite, pour moi, comme tous ces gros richards qu'on voit s'ennuyer dans leurs jets privés dans Amour, gloire et beauté ».
C'est-à-dire une demande essentiellement formatée par l'hyperconsommation, le fascinant « illimité », dont ils sont le produit. La quête de l'avoir, le rejet de l'être
Repost 0
Published by Jean-Loup Dujardin - dans politique Parti radical asnieres centriste
commenter cet article
17 avril 2016 7 17 /04 /avril /2016 01:44

Quand il s’agit de Payer …. Qui le Fait ???

Récemment, on apprenait que notre Premier Ministre, Manuel Valls, avait invité quelques uns des jeunes syndicalistes étudiants qui manifestaient sous ses fenêtres depuis quelques jours afin de leur acheter un peu de calme contre quelques centaines de millions d'euros. Quelques temps auparavant, ce sont les taxis qui ont reçu une proposition de rachat de leurs licences, et avant eux les agriculteurs, les policiers, les enseignants, les fonctionnaires qui se sont vu, eux aussi, offrir quelques largesses dont le côté un tantinet démagogique trahit surtout l'incapacité du gouvernement à traiter efficacement les problèmes de société... qu'il a lui-même créés.

L'ennui, c'est que tous ces "petits" cadeaux commencent à coûter cher à l'État et le moins qu'on puisse dire c'est que le moment est bien mal choisi. En effet, le FMI révèle que la France est passé du 6e au 9e rang des pays les plus riches du monde, derrière La Chine, les États-Unis, l’Inde, le Japon, l’Allemagne, la Russie, le Brésil et le Royaume-Uni. En clair, il n'est pas certain qu'on ait toujours les moyens de notre générosité.

Graisser les rouages à un an des élections

Alors c'est vrai, les élections présidentielles et législatives sont dans un an et il faut bien commencer à graisser les rouages de la démocratie pour espérer voir les "forces vives de la nation" remettre le bon bulletin dans l'urne. Mais au rythme où tombent les millions en ce moment, il va être difficile de durer jusqu'en 2017. Jugez-en plutôt.

Derniers bénéficiaires en date, les syndicats étudiants, qui ont reçu de la part du Premier Ministre un joli chèque d'un demi-milliard d'euros, en grande partie reconductible chaque année, sous la forme d'une prolongation de quatre mois des bourses d'étudiants en vue d'aider à la recherche d'un premier emploi, mais aussi de l'augmentation des bourses lycéennes et de la revalorisation de la rémunération des apprentis. Toujours pour éteindre les incendies contestataires, Manuel Valls a également promis aux agriculteurs de baisser leurs charges (600 millions d'euros) et a prévu une revalorisation des primes des enseignants du primaire à hauteur de 300 millions d'euros. Enfin, alors que le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a dégagé en début de semaine une enveloppe de 650 millions d'euros pour améliorer d'ici à 2020 les carrières des policiers et des gendarmes épuisés par la menace terroriste, le gouvernement a décidé d'augmenter de 1,2% le point d'indice de rémunération des 5 millions de fonctionnaires français. Coût de cette dernière mesure : plus de 2,4 milliards d'euros.

La question n'est pas de savoir si cette générosité est justifiée ou non, car, la plupart du temps, elle l'est. La difficulté vient surtout des recettes qu'il va falloir trouver pour mettre en face de ces 4,5 milliards d'euros minimum. Lesquels pourraient d'ailleurs rapidement grimper au gré des nouvelles faveurs accordées aux "râleurs" de tout poil, comme par exemple les taxis que l'État se proposait de dédommager d'une concurrence parfaitement légale (mais plus efficace en termes de service) en rachetant leurs licences, pour un coût supplémentaire estimé à... 8 milliards d'euros !

Où trouver l'argent ?

Plusieurs solutions ont été évoquées, et je ne parle pas de la proposition de surtaxer les CDD qui a été servie aux étudiants décidément naïfs ; non seulement cette surtaxe existe déjà depuis 2013 (donc pas de nouvelles recettes en vue) mais elle n'a surtout eu aucun effet notable (les CDD représentaient 83% des embauches en 2013, contre 85% l'an dernier). Plus sérieusement, l'État compte sur le net recul des taux d'intérêt de ces derniers mois qui pourraient lui permettre d'économiser jusqu'à 3,8 milliards d'euros sur les remboursements de la dette.

Quant aux sources directes d'argent frais, la France vient de décrocher un prêt de 2,1 milliards d'euros auprès de la Banque Européenne d'Investissement en vue de financer une quinzaine de projets, allant du renforcement de la production laitière à la réhabilitation de foyers pour les migrants, en passant par la ligne du Grand Paris Express. Certes, les fonds sont probablement déjà affectés, mais certains projets semblent déjà en partie financés par ailleurs, ce qui pourrait dégager quelques centaines de millions ici ou là.

Néanmoins, il est probable que cela ne suffira pas, à plus forte raison si Manuel Valls continue à distribuer des chèques à tour de bras. Dans ce cas, certains n'hésitent pas à ressortir quelques vieilles idées des cartons, comme la très impopulaire écotaxe que le Conseil Général d'Ile de France envisage pourtant de réactiver à l'échelle régionale, pour un gain attendu de 100 millions d'euros. Certains imaginent déjà qu'en cas de succès la mesure puisse être étendue au reste du territoire.

Enfin, s'il devait encore manquer quelques milliards, l'État a toujours la possibilité de faire ce qu'il sait faire le mieux : taxer. Et à l'heure où on nous annonce que, ça y est, les impôts ne baisseront plus, rien n'indique en revanche qu'ils n'augmenteront pas pour les seuls 46 % de foyers fiscaux qui restent désormais redevable de l'impôt sur le revenu, c'est à dire en très, très grosse majorité les classes moyennes.

Repost 0
9 mars 2016 3 09 /03 /mars /2016 07:47

Le 21 mars prochain, l’application en France d’une directive européenne sur le crédit immobilier risque de rendre inéligibles au rachat de crédits la plupart des demandeurs les plus fragiles… c’est à dire ceux qui, justement, ont le plus besoin de regrouper leurs crédits pour éviter le surendettement.

Sur le fond, la directive européenne sur le crédit immobilier a un objectif parfaitement légitime, et même louable, puisqu’elle vise à renforcer la protection des consommateur à l’échelle communautaire face à une offre de crédit immobilier dont les pratiques demandaient à être harmonisées. L’ennui, c’est que, comme bien souvent, Bruxelles a oublié de tenir compte d’une spécificité bien française, elle aussi destinée à protéger les consommateurs : le taux d’usure.

Petit rappel. En France, les taux d’intérêts sont libres et ils dépendent généralement à la fois du montant emprunté, de la durée du prêt, mais aussi du profil de l’emprunteur et du projet éventuel justifiant la demande de crédit. Néanmoins, afin d’éviter des abus de la part des prêteurs (un risque purement théorique, rassurons-nous), le législateur a mis en place des taux plafonds, appelés aussi taux d’usure, qu’il est strictement interdit de dépasser. Là encore, ces taux d’usure vont dépendre des sommes prêtées, des durées et des projets financés et correspondent à 133% des taux moyens constatés.

Chaque trimestre, ces plafonds sont révisés pour tenir compte des fluctuations des taux du marché. Ainsi, au 1er janvier 2016, le taux d’usure pour les crédits immobiliers à taux fixe s’établissait à 3.96 % par an. Un niveau, il est vrai incroyablement bas quand on se souvient des taux normaux d’il y a dix ans (souvent supérieurs à 5%) mais parfaitement cohérent aujourd’hui avec des offres qui peuvent désormais descendre jusqu’à 1.55 % sur 20 ans.

Le rachat de crédits, quant à lui, est une opération permettant d’alléger considérablement ses remboursements en regroupant tous ses emprunts sous un seul et même crédit, généralement à un taux bien plus avantageux que les différents taux d’origine, surtout si les crédits sont anciens. Ainsi, une famille accumulant par exemple des crédits à la consommation, des cartes de financement (revolving), un crédit auto, un découvert autorisé, etc., peut facilement retrouver une situation financière plus confortable avec un seul emprunt qui rachèterait tous les autres, la mensualité unique étant très souvent bien inférieure à la somme de toutes les mensualités précédentes. Bien évidemment, le taux d’intérêt dépendra toujours du profil de l’emprunteur, de la somme et de la durée du nouveau crédit, et s’établira en général sur une base de crédit à la consommation (au maximum 7.61%). Mais si le rachat concerne également un prêt immobilier et que la part de l’immobilier dépasse 60% du montant total refinancé, le regroupement sera considéré comme un prêt immobilier. Avec cette fois un taux d’intérêt qui ne pourra donc dépasser 3,96%.

Évidemment, tous ces rachats de crédits sont assortis de garanties pour permettre à l’établissement de crédit d’équilibrer son risque lorsqu’elle prête à des personnes fragiles (à ce titre, si les taux sont plus bas dans le cas de regroupements incluant une part majoritaire de créance immobilière, c’est parce qu’un bien immobilier constitue généralement une garantie optimale). Et c’est justement là que réside le problème avec la mise en place prochaine de la directive européenne, car celle-ci prévoit que tout crédit (ou rachat de crédits) assorti d’une garantie, que ce soit par hypothèque ou par cautionnement, devient de facto un prêt immobilier.

Si cela ne changera pas grand chose pour ceux qui demanderont un rachat de crédit immobilier (ou a forte dominante immobilière), il n’en sera en revanche pas de même pour tous les autres, dont l’endettement excessif est généralement dû à l’utilisation de crédits révolving et autres prêts multiples à la consommation, mais aussi lié à des accidents de la vie ayant causé une forte chute de leurs revenus (maladie, décès, chômage…). Avec un taux d’intérêt limité mécaniquement à 3.96%, et à défaut de pouvoir prendre des garanties suffisantes, aucun prêteur ne voudra plus se risquer à racheter les crédits des foyers les plus fragiles. Ces derniers pourraient bien alors se voir tout simplement exclus de ce type d’opération, laquelle est bien souvent l’opération de la dernière chance avant la commission de surendettement.

La solution ? Certains proposent la suppression des taux d’usure, tout au moins pour les crédits immobiliers, mais ce serait alors un recul considérable en matière de protection des consommateurs. D’un autre côté, se contenter d’abandonner les foyers surendettés à leur triste sort n’est pas envisageable non plus. Autant dire que la situation est pour le moins inextricable et, à défaut d’amender directement la directive européenne pour qu’elle tienne compte des spécificités françaises, il y a fort à parier que la situation des emprunteurs en France va très certainement constituer un nouveau défi de société à partir du printemps prochain. Et cela pourrait bien également devenir un sujet politique explosif à moins d’un an des prochaines campagnes électorales majeures.

Repost 0
5 mars 2016 6 05 /03 /mars /2016 14:39

En ces instants graves où l’Histoire peut bifurquer, rappelons combien ce que l’on appelle l’Occident est un édifice fragile.

Par Guy Sorman.

La réaction désordonnée des Européens face à l’afflux des immigrants, la tentation britannique de quitter l’Union européenne, la montée en puissance de leaders populistes, en Europe de l’Est, en France, et aux États-Unis, l’incapacité de contenir les ambitions impériales de la Russie et de la Chine : voici autant de symptômes convergents, troublants et que l’on peut qualifier de suicidaires.

Depuis 1945, le monde se civilisait

Les Occidentaux, en Europe et aux États-Unis, étaient parvenus depuis 1945 à édifier un nouveau monde, plus civilisé, plus éclairé, plus respectueux du droit, des libertés individuelles, plus prospère, plus pacifique de manière à éliminer ou au moins à contenir les idéologies totalitaires. La création de l’OTAN, de l’Union européenne, la mondialisation économique, ont été en deux générations seulement des succès sans précédent, héritage direct de l’idéologie des Lumières. Certes, toutes les guerres n’ont pas disparu, toute pauvreté n’a pas été éliminée mais jamais dans l’histoire de l’Humanité, autant d’hommes ont si bien vécu et si longtemps.

Ces progrès ont été si rapides que certains, la plupart en vérité, semblent oublier qu’ils ne furent pas un heureux hasard, mais une laborieuse conquête de la raison contre la déraison. La liberté des peuples de choisir leur destin, pour chacun de s’épanouir mieux que la génération précédente, a été le résultat de négociations interminables, de l’élaboration de règles de droit discutées pas à pas, de la prééminence finale du droit sur la force.

Mais pour le grand nombre des Occidentaux qui vivent libres, ce lent processus est inconnu, rarement enseigné ; ils imaginent que leur liberté, leurs droits, leur relative prospérité, vont de soi comme l’air que l’on respire : la nature humaine s’habitue plus vite à la liberté qu’à la contrainte. C’est le retour à la tyrannie, à la violence qui soudain, révèle combien la liberté et la paix n’allaient pas de soi. Il y a dans la nature humaine comme une asymétrie psychologique dont se moquait le personnage de Pangloss dans le Candide de Voltaire, répétant que « tout allait toujours pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles ».

Le garde-fou contre la tentation précédente et inconsciente du suicide eut été l’éducation publique, une incessante pédagogie pour rappeler d’une génération à l’autre que chaque progrès est le résultat d’un effort sur soi, d’une répression de l’instinct par la mobilisation de la raison. Mais les pédagogues ont démissionné des Universités, et de la vie politique, tandis que les nouveaux modes de communication ont ouvert une voie royale à l’empire du n’importe quoi, sans modération et sans modérateur : le recul des médias écrits, sans être la cause unique de la percée du populisme, du nationalisme, de la théorie du complot, du retour de la pensée magique, du culte de l’homme fort et providentiel, a évidemment facilité l’œuvre destructrice des camelots et marchands de sornettes qui chatouillent les instincts davantage que les neurones.

Suicide de l’Occident ? Non, l’expression n’est pas trop forte.

Si, par exemple, la Grande-Bretagne quitte l’Europe, ce départ donnera des ailes à tous les Indépendantistes au risque de déclencher une réaction en chaîne qui détruira le marché unique européen, ne laissant dans son sillage que le chômage et la récession. Chaque nation, chaque province sera tentée de se replier sur elle-même, oubliant que l’échange est le fondement de la prospérité.

L’OTAN résistera-t-il à cette balkanisation ? Probablement pas, autorisant l’armée russe à reconstituer un empire à l’Est de l’Europe, englobant l’Ukraine et les Pays Baltes pour commencer. On n’ose imaginer Donald Trump à la Maison Blanche, mais c’est envisageable, et si cela devait arriver, comptons sur lui pour déclencher, par inadvertance, quelque conflit majeur avec la Chine ou le monde arabe. L’absence de coordination entre les gouvernements occidentaux laisserait aussi libre cours aux mouvements terroristes qui se constitueraient en États. Ce désordre général ferait le jeu des mouvements fascistes en Europe : on connaît cette logique du pire puisqu’elle a déjà été expérimentée.

En ces instants graves où l’Histoire peut bifurquer, rappelons combien ce que l’on appelle l’Occident est un édifice fragile, bipolaire dirait un psychiatre s’il s’agissait d’un individu. Un précédent aussi me vient à l’esprit : à Sarajevo en 1914, un gros bourg que peu d’Européens auraient su situer sur une carte, un seul coup de revolver provoqua une guerre mondiale, parfaite illustration de la Théorie du chaos quand un événement d’apparence insignifiante déclenche un ouragan généralisé, que personne n’avait désiré. Eh bien, le monde actuel est parsemé de Sarajevo en puissance, en Libye, en Macédoine, en Syrie, en Ukraine, en Mer de Chine. Bien entendu, le pire n’est jamais certain, mais il est possible, particulièrement si on refuse de l’envisager, de l’analyser et d’adopter une stratégie en retour. Parlons-en ……

Repost 0